Bilan

14 08 2008

Voilà un an que j’ai découvert les cartes heuristiques. Je tenais à faire un bilan de leur usage en histoire-géographie. La question posée en filigrane étant : est-ce un outil pédagogique approprié à la matière ?

*La difficulté, lorsque vous entendez parler de nouvelles méthodes éducatives, est de trouver les renseignements adéquats. Si beaucoup de sites sont consacrés aux cartes heuristiques (ou cartes mentales), aucun ne concernait l’histoire-géo. il y a un an. D’où l’idée d’ouvrir un blog pour mettre en ligne mes propres productions, espérant susciter de la part d’autres collègues la curiosité, l’intérêt et d’autres productions à partager. Les graines semées, d’après les remarques et courriers reçus, promettent de fructueuses récoltes. Merci à toutes celles et tous ceux qui ont pris le temps de les faire.

Le plus inattendu (mais ce fut aussi un apport enrichissant) est d’avoir capté sur ce blog, « à vocation professionnel » au départ, l’attention d’élèves et de parents qui y ont trouvé une source d’inspiration.

*Pour avoir l’adhésion des élèves à une nouvelle pratique pédagogique, il faut la leur expliquer. Vous serez surpris de voir que s’ils en comprennent le bien-fondé, ils s’appliquent davantage, facilitent sa mise en place, s’emparent très vite de son fonctionnement et finissent dans certains cas par la réclamer. Point n’est besoin de longs discours : un reportage télévisé de 3 minutes sur l’utilisation et les résultats de cette méthode en Finlande ; des exemples de cartes heuristiques glanées sur le web ; les principes de bases pour en réaliser… et le tour est joué ! Ne négligez pas cette étape. Les classes où je ne l’ai pas fait ont moins adhéré au projet.

*Alors comment peut-on utiliser les cartes heuristiques ? Dans quels cas peut-on s’en servir ?

Servant d’abord à structurer la pensée en classant et en hiérarchisant les idées, puis à mémoriser facilement les informations traitées, leur usage n’a pas de limites. J’ai d’ailleurs essayé de diversifier leur utilisation au maximum (et je suis convaincu de ne pas avoir épuisé toutes les possibilités) :

la carte heuristique peut-être un résumé de cours : elle permet de réviser un chapitre. C’est le parti pris au départ pour mes classes de 6e : voir articles sur les héritages du néolithique, de l’Egypte antique, des Hébreux, de la Grèce ancienne et de la Rome antique ; en géographie, j’inclus dans cette liste le travail sur les climats et la végétation. C’est cette même idée qui a été appliquée par les élèves de 3e pour réviser leur brevet (voir les articles « cartes heuristiques en 3e » et « Mindjet Mindmanager Pro 7 »).

elle peut être un exercice, une recherche individuelle ou collective : pour construire par soi-même un récit historique (voir l’article sur la « Révolution et l’Empire»), pour étudier des documents géographiques (voir les articles : « bientôt l’étude régionale en 4e ? » et « la France découpées en grands ensembles 4e »), pour appliquer un point méthodologique (voir article sur le paragraphe argumenté en 3e : dans ce cas on peut en rester au stade du brouillon), pour faire une présentation orale : mes élèves de 4e ont réalisé chacun une carte heuristique sur un monument de Berlin qu’ils ont présenté sur place [ma collègue d’allemand était stupéfaite de voir des élèves ne récitant pas un texte –et pour cause !-, à l’aise à l’oral, obligés de construire en direct des phrases à partir de mots-clés ; bref, on aurait cru avoir en face de soi des guides touristiques]…

elle peut être la base de construction (le canevas) d’un résumé de cours, d’une rédaction : voir article sur l’Amérique ou sur l’âge industriel (« se plonger dans la peau d’un ouvrier au XIXe s. »). Les élèves écrivent des paragraphes ordonnés grâce à la structure de la carte mentale. Celle-ci ne remplace donc pas le résumé mais l’y amène. Et pour ceux qui ont du mal à apprendre un résumé linéaire, ils ont à leur disposition dans le cahier un moyen de substitution –puisque la carte heuristique reprend tout sous une forme différente.

elle peut servir d’introduction à un cours en limitant le nombre de branches (que les élèves pourront compléter à la fin de la leçon s’ils veulent s’en servir de résumé ou pour bien montrer qu’ils ont compris les grandes articulations du chapitre).

elle peut servir à la prise de notes : en salle informatique, on peut imaginer un cours un peu plus magistral où les élèves devraient mettre en branches et sous-branches les idées expliquées par le professeur. Un logiciel gratuit (freeware/gratuiciel) existe : il s’appelle freemind et est d’une extrême simplicité d’utilisation !

*Pour conclure :

Est-ce que ça marche ? oui, et encore plus avec les classes jugées faibles, ou les élèves qui ont toujours besoin d’être occupés car il y a une partie de la carte à ne pas négliger pour faciliter la mémorisation c’est le dessin (des symboles simples suffisent !) et les couleurs (même le fluo !) : je veillerai en cours à insister davantage sur ce travail (surtout pour les 4e/3e). Et d’après le témoignage de plusieurs parents d’élèves, la carte heuristique serait aussi une aide [je ne l’aurai jamais soupçonné] aux enfants dyslexiques pour mieux retenir les leçons, sans doute justement à cause des dessins associés aux mots.

Est-ce systématique ? non, pas à tous les cours.

Est-ce que cela doit remplacer les résumés de cours ? non, même si je n’y verrai pas d’inconvénient. Mais il faut tenir compte du fait que nos élèves (et nous-mêmes – il suffit de voir comment j’ai rédigé ce bilan) sont formatés depuis le primaire par la trace linéaire des cours et que cela peut gêner l’apprentissage de certains d’entre eux. Tout est une question de pratique. Tout le monde n’a pas les mêmes méthodes : à commencer par ses propres collègues.

Vais-je continuer d’utiliser cet outil ? oui, par ce qu’il permet de jouer sur les savoirs et les savoir-faire.

Est-il recommandable ? bien sûr, mais si vous ne vous sentez pas à l’aise avec, abandonnez-le ! Il serait déplorable d’imposer à un enseignant une méthode de travail qui ne lui conviendrait pas.

*Si vous souhaitez étoffer les productions de ce blog, adressez-moi les vôtres ou donnez-moi les coordonnées de votre site. L’expérience de chacun doit être profitable à tous. Beaucoup d’entre nous se sont sans aucun doute inspirés de ce qu’ils ont trouvé un jour sur Internet pour faire leur cours, à vous maintenant d’inspirer les autres. Apporter sa pierre à l’édifice, aussi petite soit-elle, est capitale.

Il me reste à remercier ceux qui m’ont permis de trouver de nombreux interlocuteurs cette année en me recensant sur le site qu’ils ont en charge, comme la rubrique TICE en histoire-géo de l’académie de Besançon, le site de didactique en histoire de Lyonel Kaufmann, le blog « lettres et cartes heuristiques » (lewebpedagogique.com/litterrae).

Advertisements

Actions

Information

3 responses

15 08 2008
Lyonel Kaufmann

Bonjour, merci pour cet excellent bilan qui offre un tour d’horizon des différentes possibilités de cet outil pour un novice. Il serait peut-être utile qu’il fasse l’objet d’une page particulière pour le nouvel arrivant sur ce site. (par exemple via l’A propos.)

J’ai un petit désaccord cependant avec
Est-il recommandable ? bien sûr, mais si vous ne vous sentez pas à l’aise avec, abandonnez-le ! Il serait déplorable d’imposer à un enseignant une méthode de travail qui ne lui conviendrait pas.

En effet, comme vous le signaler, cet outil est utile dans vos classes par rapport à des élèves qui autrement rencontrent des difficultés dans certains apprentissages et ce n’est pas parce qu’ils seraient « nuls », « incapables », « feignants », « mauvais », mais parce qu’ils ne disposent pas des outils adéquats. Or, c’est notre mission d’enseignant que de leur mettre à disposition les outils leur correspondant au mieux.
C’est ainsi qu’il y a une quinzaine d’années en arrière, je me suis mis à utiliser en classe ce type de démarche avec le tableau noir (autre temps). J’y étais fort maladroit, car la démarche m’était quelque peu étrangère. C’est en me « forçant » à pratiquer l’outil (comme je l’ai « forcé » aussi au début chez mes élèves) que j’en ai acquis les routines et que maintenant la carte heuristique fait partie de ma panoplie d’outils que j’utilise avec plaisir (mais pas exclusivement) dans diverses circonstances (par exemple lors mes interventions en colloques comme plan, aide-mémoire, etc. et c’est génial, car tout tient sur une page). C’était ma responsabilité de professionnel que d’entreprendre ce travail et d’augmenter ma palette d’outils.

Je me réjouis de continuer à vous lire. Bonne préparation de rentrée et bonne fin de vacances.

16 08 2008
Gael PLANTIN

Un bilan que j’aurais aimé écrire…

J’utilise à titre personnel les cartes heuristiques (cf. mon site : http://gael.plantin.free.fr) depuis quelques années déjà.

Il y a peu, j’ai découvert un nouvel outil de MindMapping, Compendium (http://compendium.open.ac.uk/institute/) qui permet :
1° de travailler simultanément à plusieurs sur une même carte ;
2° de ré-utiliser des noeuds en leur offrant le don d’ubiquité, c’est-à-dire qu’une modification réalisée sur un noeud dans une carte se répercute automatiquement dans toutes les autres utilisations de ce même noeud dans toutes les autres cartes.

J’hésitais à utiliser cet outil dans mes classes de BEP/BAC Pro, mais votre bilan m’a permis de lever mes doutes, je testerai à la rentrée.

Si je puis me permettre de faire la synthèse de votre bilan et du commentaire de Lyonel KAUFMANN, j’ai vu récemment, http://www.journaldunet.com/ebusiness/internet/photo/080310-google-centre-r-d-zurich/01.shtml, un diaporama sur le nouveau centre de R&D Google à Zurich.

Une image, http://www.journaldunet.com/ebusiness/internet/photo/080310-google-centre-r-d-zurich/16.shtml, m’a frappée : « Parce qu’une bonne idée n’attend pas, des tableaux blancs ont été disposés dans chaque salle commune. Certains murs sont même recouverts de tableaux afin de permettre aux salariés de mettre à plat leurs pensées.  »

Peut-être pourrions-nous explorer cette voie dans nos salles de classes… ?

31 08 2009
M078 – «L’enseignant d’histoire transmetteur de savoir» (Références)

[…] – Histoire de bloguer est un blog consacré à l’utilisation de cartes heuristiques (ou cartes mentales) dans l’enseignement de l’histoire, la géographie et de l’éducation civique. Juste avant la rentrée, il fait le bilan de leur utilisation en classe et via son blog. C’est une excellente introduction aux utilisations possibles des cartes heuristiques et à leur utilisation. Après une année (en 2008), il en a tiré un bilan. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :