Faire une recherche dans l’esprit mind mapping

1 03 2010

Les recherches sur la toile, très rapides et très faciles d’accès, ont supplanté celles dans les médiathèques ou les C.D.I. Le copier-coller devient encore plus facile qu’avant (mais il existait déjà!) et la fiabilité de l’information se pose plus sérieusement. S’adapter aux nouvelles pratiques des élèves en leur imposant la rigueur est un défi à relever.

Pour contrôler la pertinence de leurs sources trouvées sur le web et leurs compétences en informatiques, pourquoi ne pas utiliser le site  de cartes heuristiques en ligne Mindomo qui permet de faire jusqu’à 7 cartes mentales gratuites [après inscription elle-aussi gratuite] ?

Autour d’une problématique centrale, ils tissent des parties voire des sous-parties, et rattachent à chacune d’elles les textes/images/sons des sites ou blogs qu’ils ont sélectionnés. Il est important de leur montrer qu’une seule source pose problème : c’est en croisant des sources qu’on vérifie une information. En fonction de l’élève et du niveau, le plan peut être donné ou pas par l’enseignant.

Un rappel sur la fiabilité des sources doit être fait. Nos amis canadiens l’expliquent très bien : Vidéo1 (2 min.), Vidéo2 (3 min.), Vidéo3 (3 min.).

L’enseignant récupère les adresses de chaque carte faite sur Mindomo, et sur n’importe quel PC et à n’importe quel moment il peut jeter un œil sur la progression du travail des élèves, approuver ou critiquer les choix retenus, faire enlever une surinformation inexploitable. Exemple d’exposé : « L’Allemagne pendant la Guerre froide : vous étudierez trois points précis (le blocus de Berlin en 1948-1949 ; la construction du mur de Berlin en 1961 ; la fin des tensions en 1989-1990 [chute du Mur et réunification]) ; pas plus de 3 ou 4 sources pour les textes ou les images qui illustreront l’exposé [une contrainte supplémentaire : n’utilisez Wikipédia qu’une seule fois). Cela pourrait donner : CECI [pensez à cliquez sur les symboles en fin de ligne].

Il restera ensuite aux élèves, en groupe ou individuellement, à faire une synthèse, à rédiger chaque partie du plan à partir des données recueillies. Une bonne initiation à la bibliographie. Un retour aux exposés d’antan, avec un petit plus : l’enseignant peut contrôler le degré de plagiat et la part de réflexion personnelle des élèves puisqu’il a accès à la totalité des sources utilisées.

Comme beaucoup de collègues, j’essaie de chercher de nouvelles pistes. Celle-ci n’est peut-être pas la bonne.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :