Les cartes heuristiques dans le cadre d’une classe inversée [Entraînement à l’Histoire des Arts]

1 07 2013

Il paraît normal de faire des brevets blancs en français, en mathématiques, en HGEC pour entraîner les élèves à l’examen final. Mais on se soucie moins d’organiser des oraux blancs pour l’histoire des arts. Pourtant cela serait tout aussi nécessaire. C’est un exercice particulier, parfois nouveau, dans lequel beaucoup d’élèves ne sont pas à l’aise. La classe inversée et les cartes heuristiques semblent incontournables pour gagner du temps, intéresser les élèves et recentrer le rôle de l’enseignant sur la pratique de l’oralité.

I. QU’EST-CE QUE LA CLASSE INVERSÉE ?

1. Le cours est fait à la maison et les exercices en classes

2. Les outils pour transmettre les connaissances

II. L’APPLICATION A L’HISTOIRE DES ARTS

1. Ce soir en devoirs : regarder des vidéos sur internet !!!

– C’est au professeur d’orienter les élèves sur internet, en leur donnant des liens pour visionner et étudier une œuvre d’art (de préférence, une œuvre non présentée en fin d’année) : « La maison France« , « Guernica« , « L’affiche rouge« , etc.

– Le travail de l’élève consiste à noter sur une carte heuristique les principales informations de l’œuvre à son rythme (car il peut repasser la vidéo autant de fois que nécessaire) :HDA

          2. Le lendemain, c’est la mise en situation d’entrée
– L’enseignant voit avec les élèves convoqués, le barème et les attentes : HDA Evaluation L. FécampEvaluation HDA L – Tour à tour, les élèves passent l’oral blanc munis de leur brouillon : ils présentent l’œuvre, puis sont corrigés sur le fonds et la forme.
III. LES RÉSULTATS
– Les résultats attendus : moins de stress, disparition de tics fâcheux, meilleure maîtrise et précision des connaissances (avec un bémol : la classe inversée n’est pas utilisée ici pour la mémorisation -d’ailleurs est-ce le but de la classe inversée ?- : l’objectif est de vérifier la compréhension de l’information et de corriger les éventuelles mauvaises interprétations).
– Pourquoi ne pas étendre, mais ponctuellement, la classe inversée à des cours d’HGEC.
Publicités

Actions

Information

2 responses

11 07 2013
Agnès

Bonjour,
En discutant avec un collègue formateur de la classe inversée (entre autre), il m’a conseillé de visionner la conférence de Dominique Raulin sur le site internet de l’Esen.
Je pense qu’elle vous plaira.
Bonne vacances,
A. LINARD

17 09 2013
Agnès

Bonjour,
J’ai relu avec attention votre article, car j’experimente la classe inversée cette année. Pour l’instant, je navigue un peu à vue, et je ne sais pas trop quels résultats j’obtiendrai. Comme vous avez déjà testé, je voulais vous poser 2 questions:
– avez-vous trouvé une solution pour que tous les élèves, sans exception, aient accés aux vidéos (via un ENT? au collège? autre?) ?
– Et, ensuite, pourquoi préférez-vous faire travailler les élèves sur des oeuvres , de préférence, non présentées en fin d’année? Est-ce pour être sûre que que tout le monde ait la même base de travail en classe?
Si ça vous dit, je peux vous envoyer le petit dossier de boulot que j’ai préparé sur le port de Bordeaux (à savoir une vidéo + une carte mentale + une fiche de synthèse et une fiche d’élargissement à compléter par les élèves)
Cordialement,
A. LINARD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :