Justinien et Charlemagne en carte heuristique à bulles simplifiée

1 07 2015

Les élèves enquêtent sur la vie de deux grands personnages et le destin de leur empire.

Quatre domaines sont étudiés. Leurs recherches aboutissent à la rédaction de phrases faisant parler chacun des personnages pour que cela soit plus vivant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le pliage simple et esthétique permet, lors de la mémorisation, un dialogue imaginaire entre l’empereur et le lecteur qui plie et replie les languettes.

Pour récupérer les fiches, cliquez sur : Justinien et Charlemagne L. Fécamp.





Faites slamer les 5e (et entraînez-les avec des exercices en histoire, en géographie et en éducation civique)

13 06 2015

C’est une façon différente et  originale de s’approprier le cours. LE PROGRAMME DH.G.E.C 5eSi les textes fournis apportent un résumé de connaissances, le passage au slam nécessite des compétences variées (à définir par le professeur en fonction de son degré d’exigence) allant de l’utilisation du numérique, au travail en équipe, en passant par la prise d’initiative, l’autonomie, la recherche documentaire, etc. Vous êtes invité à lire l’article précédent (« Faites slamez vos élèves avec le programme de 4e ») pour la mise en œuvre.

Les exercices sur les textes permettent des approfondissements. Selon l’envie, ce travail peut être un « produit d’appel » (si employé en début de leçon) ou une conclusion récréative (si utilisé en fin de leçon ou de chapitre).

Puissiez-vous trouver matière à exploiter ce travail qui a demandé beaucoup de temps mais qui m’a aussi procuré beaucoup de joie avec les élèves. Pour récupérer, les chansons cliquez ici : Chansons 5e L. Fécamp. Pour récupérer les exercices, cliquez ici : Exercices avec correction L. Fécamp.





FAITES SLAMER VOS ÉLÈVES avec le programme de de 4e (histoire, géographie, éducation civique, méthodologie et histoire des arts)

14 04 2015

Le slam est une déclamation de vers avec ou sans fond musical.  Il peut devenir une activité de fin de chapitre, de fin de trimestre ou de fin d’année scolaire. Le travail peut : être individuel et/ou collectif, dépasser le cadre disciplinaire si l’envie est partagée, permettre de réviser (en mode condensé) le programme suivant : LE PROGRAMME DH.G.E.CVous pouvez alterner les voix d’un texte à l’autre, d’un couplet à l’autre, d’un vers à l’autre. Le montage se fait en salle informatique avec un logiciel libre comme Audacity. Des images peuvent s’insérer afin de réaliser un diaporama sonore ou un karaoké grâce à un logiciel gratuit comme Windows Movie Maker. La participation de la technologie et de l’éducation musicale est la bienvenue.

Pour le fond musical, j’ai utilisé un site libre de droit et de diffusion : http://alban.lepsy.free.fr/indexfr.html

Pour récupérer l’ensemble des textes du programme de 4e, cliquez ici : CHANSONS DE 4e textes B

Autres exemples :





Orientation : comment trouver la bonne boussole ?

15 03 2015

Beaucoup d’élèves en 3e se posent encore des questions sur ce qu’ils feront après le collège. Et ce n’est pas toujours simple d’avoir une ou des idées de métier. Heureusement, on trouve en ce moment chez les marchands de journaux, ce livre épais : Sans titre 1Il propose, en introduction, un test qui peut être résumé de la façon suivante en carte heuristique : le test

Cliquez dessus : 1ère fiche . En fonction de leurs réponses, ils sont guidés vers des listes de métiers les résultats du testCliquez dessus : 2ème fiche. A eux ensuite de parcourir le très riche fascicule où pour chaque métier leur sont donnés : une description, des témoignages, la formation à suivre, l’attractivité sur le marche de l’emploi, la rémunération actuelle…

A découvrir en famille. A acheter par le C.D.I. surtout !





Aide visuelle pour résumés linéaires

9 03 2015

Suite de la réflexion entamée à l’article précédent [« Les pictoleçons, une autre alternative aux cartes heuristiques ? »].

Autre méthode à explorer : la substitution de certains mots par des dessins dans un résumé traditionnel. De nombreux livres pour jeunes enfants utilisent ce procédé afin qu’ils reconnaissent les éléments importants du texte, afin qu’ils accompagnent activement aussi le lecteur adulte (lorsqu’ils ne savent pas -ou pas bien- lire). Cette méthode est moins lourde que les « pictoleçons » qui évacuent en totalité les mots et qui demandent, par conséquent,  plus de temps de préparation.

Pour illustrer mon propos, je vais utiliser la biographie de Charlemagne vue en 6e. Les élèves doivent faire une recherche à partir d’une carte heuristique à bulles, et faire un jeu de rôle en utilisant pour leur réponse la première personne du singulier : CHARLEMAGNE FECAMP CH

Puis ils doivent écrire dans leur cahier une trace écrite de la biographie de Charlemagne, en passant du « je » au « il » (3e personne du singulier). Pour les élèves « DYS », la distribution du résumé avec images incrustées suffit. CharlemagneA L FécampA eux de retrouver, grâce à leur recherche, les mots manquants et à coller le polycopié :CharlemagneB L FécampPuisque cela ressemble à un texte à trous, je terminerai cet article en vous invitant à découvrir le travail stimulant d’un collègue de lycée qui a utilisé cet exercice d’une façon intéressante :

http://www.gfen.asso.fr/images/documents/publications/dialogue/dial155_enligne_construction_savoirs_histoire_p.diard.pdf

 





Les pictoleçons, une autre alternative aux cartes heuristiques ?

8 02 2015

Pour aider les élèves à  mieux s’approprier les leçons, le recours aux pictogrammes utilisés dans une démarche linéaire et séquentielle est une piste intéressante à explorer.

Cette méthode est déjà testée avec efficacité par les collègues du primaire pour les élèves dyslexiques, autistes, dysphasiques… Elle fonctionne en associant un pictogramme à chaque mot d’une phrase. Ce procédé serait trop fastidieux pour les résumés de cours dans le secondaire. Voilà sans doute pourquoi il est difficile de trouver des exemples pour le collège ou le lycée.

Pourtant, il y a un moyen de se réapproprier cette façon de faire en la simplifiant. C’est ce qu’ont fait les auteurs du livre ci-dessous, sous forme de devinettes pour adultes : livre imagesA partir de quelques pictogrammes, ils racontent des scènes classées chronologiquement, séparées entre elles par des flèches, accompagnées en dessus et en dessous d’indices pour arriver à retrouver des titres de film, des biographies de personnages célèbres, des événements historiques…

Pourquoi ne pas s’en inspirer pour faire retrouver le cheminement d’un cours.  Avec la leçon « Une géopolitique mondiale depuis 1945″, cela pourrait donner :

[Feuille distribuée en plus du cours pour que les élèves concernés associent chaque pictogramme à une idée, un événement vus en classe :] Décolonisation[Feuille non distribuée pour montrer le travail intellectuel d’association entre les pictogrammes -ci-dessus- et le contenu simplifié du cours :] Décolonisation2[Feuille distribuée en plus du cours pour que les élèves concernés associent chaque pictogramme à une idée, un événement vus en classe :] guerre froide[Feuille non distribuée pour montrer le travail intellectuel d’association entre les pictogrammes -ci-dessus- et le contenu simplifié du cours :] Guerre froide2[Feuille distribuée en plus du cours pour que les élèves concernés associent chaque pictogramme à une idée, un événement vus en classe :] Monde actuel[Feuille non distribuée pour montrer le travail intellectuel d’association entre les pictogrammes -ci-dessus- et le contenu simplifié du cours :] Monde actuel2

A chaque enseignant de se constituer un corpus de pictogrammes avec les mots ou les événements qu’il emploie le plus souvent. Cela permettra d’aller plus vite pour réaliser des « pictoleçons ». Ces  pictogrammes peuvent d’ailleurs servir à concevoir des cartes heuristiques pour les mêmes leçons !

Pourquoi cela ne serait-il pas réalisable par les élèves ? Très vite le découragement interviendrait. Car il faut du temps. Beaucoup de temps. Surtout pour les élèves dysphasiques, dyslexiques, autistes… Il s’agit d’une aide à leur apporter et non d’un travail supplémentaire à leur donner. Cela nécessite un résumé de cours donné par la professeur et une mise en scène imposée de pictogrammes. Mais c’est à ce prix que nous récupèrerons certains élèves en difficulté, même si tous n’ont pas les mêmes besoins.





L’Histoire pour donner du sens à l’existence

1 01 2015

Au moment où les programmes vont être réécrits et présentés, j’espère qu’ils mettront en avant les héritages de chaque période historique. Je plaide pour une histoire pratique, utilitaire, qui donne à chaque élève l’occasion de comprendre l’actualité, ses habitudes… (voir article précédent sur l’utilité de l’histoire-géographie) Donner une culture générale est certes indispensable, mais c’est un argument difficilement recevable pour un jeune élève qui cherche parfois du sens à sa présence en cours. Cependant, si ce qu’il voit ou emploie dans sa vie quotidienne renvoie même aux périodes les plus reculées de notre passé, son intérêt se décuple (comme constaté dans un exemple traité précédemment).

La vision utilitariste de l’Histoire ne suffit pas. Encore faut-il s’intéresser aux différentes formes d’intelligence de chaque individu pour que tout le monde profite du travail fourni. Des tests et des conseils sont disponibles un peu partout sur le net : https://www.collegemv.qc.ca/CMS/MediaFree/image/Chroniques%20%C3%A9ducatives/Je%20d%C3%A9couvre%20mes%20intelligences%20multiples.pdf ;

http://www.csaffluents.qc.ca/im/PDF2005/ens_outils/Test_IM_eleve270105.pdf ;

http://www.csaffluents.qc.ca/im/PDF2005/ens_outils/Interpr_inventaire_test230205.pdf ;

http://www.csaffluents.qc.ca/im/PDF2005/ens_outils/Aime_excelle_apprend_mieux270105.pdf. Voilà pourquoi la vidéo ci-dessous cumule : images commentées, quizz de compréhension, carte heuristique organisant les informations, chanson dont la base est une comptine connue (libre de droit « Ah, vous dirai-je maman », facile pour mémoriser plutôt que pour psalmodier).

Dans la vidéo qui suit, je suis parti d’un produit de consommation courante pour évoquer la décolonisation. Elle peut s’utiliser en début de cours ou dans le cadre d’une classe inversée (dont l’extension fulgurante suscite de plus en plus de réticence ou de déception : voir http://lestroiscouronnes.esmeree.fr/table-ronde/classe-inversee-qu-inverse-t-on ;

https://ecolededemain.wordpress.com/2013/09/17/la-classe-inversee-pour-sauver-lecole/; voir la fin de l’article pour le bilan moins enthousiaste de C. Delabruyère https://ecolededemain.wordpress.com/2013/01/31/quand-des-professeurs-dhistoire-geographie-renversent-leur-classe-22/) . Volontairement elle n’est pas complète. Il y a à rajouter une chronologie, des biographies de leaders indépendantistes, d’autres exemples de décolonisation, les conséquences de la guerre sur les relations franco-algériennes, etc. Cela peut se faire dans le cadre d’un cahier interactif d’un lapbook ou, pour les plus mordus d’informatique en réalisant une vidéo interactive avec l’ajout de boutons informatifs [texte/photos/vidéos/renvoi sur des sites] à cliquer (voir : http://www.themadvideo.com/).

Pour récupérer le quizz sous forme de carte heuristique : Questionnaire du quizz_L.Fecamp.

On ne sait jamais, si un producteur de formats courts pour une télévision est intéressé, j’ai une soixantaine d’objets, de produits en réserve pour étudier toutes les périodes de notre histoire. Et là, promis, je ferai des progrès pour chanter ! ^^








Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 31 autres abonnés